GONZO





En pur journalisme Gonzo

JCN vous regarde

Il arrive à des gens que je connais parfois à peine et/ou que je n'apprécie pas particulièrement au demeurant, de me demander de leur expliquer en quoi consiste le journalisme Gonzo précisément ; ce à quoi je me contente généralement de répondre que c'est un peu compliqué à expliquer, et que sur mon front en plus, y'a pas marqué Wikipédia.
 

Karma Thompson
Faut tuer qui ici, pour avoir une bière ?




Mais aujourd'hui, je n'avais pas grand chose à faire à part planter des tulipes et torturer un chat, et je m'étais dit que j'allais peut-être en profiter pour tenter d'expliquer ce qu'était le journalisme Gonzo – indissociable du célèbre Hunter S. Thompson qui nous a quitté il y a quelques années, et qui va d'ailleurs énormément nous manquer...

Hunter Stockton Thompson (1937-2005) était un écrivain et un journaliste américain un peu dingue, caustique, rebelle, et très caractériel – avec un penchant certain pour l'alcool et les expériences psychédéliques, qui s'est fait virer d'à peu près tous les journaux pour lesquels il aura travaillé – généralement suite à la destruction d'un distributeur automatique ou à une soûlerie frénétique ayant mal tourné.

Après un début de carrière difficile, il connaitra son premier succès commercial en 1966, date de parution de Hell's Angels, best-seller écrit après qu'il ait passé près d'un an – au bistrot et même à moto, en compagnie de cette dangereuse bande de motards dont la simple évocation faisait à l'époque trembler des fesses toute la côte ouest des États-Unis ; immersion totale garantie.

Mais c'est en juin 1970 qu'Hunter Thompson pond un papier intitulé « The Kentucky derby is decadent and depraved » pour le Scanlan's Monthly, article censé couvrir une prestigieuse course hippique se déroulant chaque année à Louisville (Kentucky), et qui donnera son nom au fameux journalisme Gonzo... un reportage d'une douzaine de pages qui constituera finalement le récit totalement allumé d'un week-end de beuverie qui tourne lentement au cauchemar éthylique, truffé de dialogues loufoques et autres réflexions délirantes, allant même jusqu'à délaisser presque entièrement le sujet principal de l'article.

Vous pouvez découvrir ici, si ce n'est pas déjà fait, l'intégralité de cet article dans une traduction française originale, libre et approximative, décadente et dépravée :

 

Le derby du Kentucky est décadent et dépravé

Kentucky Thompson
 

« C'est un article merdique, un classique du journalisme irresponsable. » confiera d'ailleurs Hunter Thompson à son ami Bill Cardoso du Boston Globe Sunday Magazine – rencontré deux ans plus tôt pendant la campagne présidentielle de 1968. Mais c'est contre toute attente un engouement sans précédent qui attendra la carrière de Thompson suite à la parution de ce coup de génie. Tom Wolfe comparera ce style « maniaque et chargé d'adrénaline » à celui de Céline. « Je ne sais foutre pas ce que tu fais, mais tu as tout changé. C'est totalement Gonzo. » lui répondra quant à lui Cardoso.

Dans la langue de Dante Alighieri, un « gonzo » est
une tête de mule, un abruti. En vieux québécois, un « gonzeaux » est un « sentier lumineux ». Un abruti qui montre le chemin ? Pourquoi pas... Car dans le cas qui nous intéresse ici, et dans le sens qu'aura sans doute voulu lui donner Bill Cardoso, Gonzo serait surtout un terme emprunté au patois irlandais du sud de Boston, employé pour qualifier le dernier homme en mesure de tenir debout lors d'une longue épreuve alcoolisée – et qui pourra ainsi raconter en tant qu'unique témoin ce qui s'est passé en fin de soirée.

Gonzo est également le titre d'un morceau de James Booker, sorti en 1960, qu'écoutait jadis Thompson sur son vieux transistor. Nul doute qu'il tenait là enfin un nom à coller sur ce qu'il faisait...
 


Partant du postulat de Faulkner dont il était un grand admirateur, Hunter Thompson pensait sans doute également que la fiction présente souvent les meilleurs faits... mais aussi que la pseudo objectivité des média américains de l'époque avait conduit le pays à sa perte (comment pouvait-on en effet, rester objectif en parlant d'une raclure telle que Nixon ?).

Excluant donc toute objectivité journalistique, concept par ailleurs et par définition, jamais réellement possible à atteindre pour le commun des mortels, Thompson se rendra célèbre grâce à un style d'écriture ultra-subjectif – écrit le plus souvent à la première personne, et qui sacrifierait généralement le sujet principal de ses articles pour plonger le lecteur en plein cœur d'un vortex infernal, d'une vérité parfois déformée par les nombreuses et non moins étranges substances qu'il aura absorbé.

L'année suivante et dans la même lignée, Hunter S. Thompson publiera le livre culte de toute une génération : Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas Parano), la couverture hallucinée et totalement gonzo du Mint 400 – une course de motos et de buggys en plein milieu du désert du Nevada, ainsi que d'une conférence sur les narcotiques et les drogues dangereuses, tout cela en compagnie de son avocat, le fameux Oscar Zeta Acosta. Une quête initiatique, cauchemardesque et fantastique, qui propulsera les deux protagonistes sur la piste des dernières traces du rêve américain.



Mais ceci est une autre histoire, un morceau de choix que je vous raconterai avec grand plaisir, mais une prochaine fois...


 



 

Lâcher un commentaire...






 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement