MONDE DE MERDE
 


 


Barbu, bouffeur de culs

JCN vous regarde

Être barbu, ça donne soudain du cachet – voire l'air intelligent et  distingué. Et si vous laisser pousser le poil au menton vous fera un temps ressembler à un hérisson dégarni, nul doute que vous pourrez bientôt afficher une fort enviable barbe fleurie.

 


C'eut été la grande classe en tout point,
si vous étiez parti sans boire la dernière tournée du patron...



Avec votre bonne vieille barbe à papa, vous ressemblez désormais à un lieutenant de la branche armée d'Al-Qaida. Plus besoin de faire la queue à la boulangerie en somme, depuis que vous faites flipper toutes les personnes âgées de votre quartier avec votre sale pomme...

Si vous êtes du genre à vous sentir proche de la nature, vous aurez également la possibilité d'offrir le couvert et le gîte à des animaux en voie d'extinction dans les méandres de votre barbe énigmatique. Dans mon bouc par exemple, j'abrite une famille de pandas, quelques dodos ainsi que le dernier bison d'Amérique.

Si votre estomac n'arrête pas de crier famine, c'est certainement parce que votre bonne femme a décidé de vous mettre récemment au régime... Mais depuis que vous êtes très barbu, vous pouvez planquer de la bouffe en toute discrétion à l'abri de votre menton.

Arrêter de se raser, ça fait tout de suite un brin négligé. Vous devriez donc désormais sans problème pouvoir vous faire passer pour un clodo dépravé, et à vous la vie de bohème, les filles dociles, l'argent facile.

La barbe, ça pique un poil... Si vous n'êtes pas branché bisous et autres léchages de cramouille, votre gonzesse devrait maintenant pouvoir vous laisser un peu tranquille...

Si vous êtes très célèbre ou que vous avez un frère qui travaille dans la politique, vous en avez probablement ras le menton de signer des autographes ou de serrer la main à des pauv' cons. Une barbe constituera donc un déguisement naturel de premier choix pour éloigner tous ces fans envahissants...

Lorsque l'hiver pointe le bout de son museau, inutile de vous encombrer d'une écharpe, d'un cache-nez ou d'un quelconque pancho ; votre barbe vous protégera désormais contre vents et marées contre toute forme de coups de froid, grippes espagnoles et autres virus Ebola...

L'âge aidant, vos cheveux se font de jour en jour de plus en plus rares, certainement. Et si vous ne vous sentez pas de rabattre votre dernière mèche sur le côté en souvenir de votre antique toison, votre pilosité ne manquera pas de détourner l'attention de vos proches sur vos splendides poils au menton...

Si vous êtes une femme d'âge mûr et sans emploi, une barbe devrait pouvoir vous ouvrir les portes de la gloire dans un quelconque cirque de passage en tant que bête de foire.

Si vous souhaitez devenir philosophe mystique ou patriarche biblique, la barbe constitue quasiment un accessoire obligatoire. Vous pouvez toujours essayer de vous contenter de vos compétences et talents cachés pour percer dans ce type de filières, mais il faudra dans ce cas certainement passer par la promotion canapé.

Les rasoirs Gilette, ça coûte les yeux de la tête – ce qui représente sans doute à vos yeux une raison suffisante pour ne plus risquer chaque matin de vous trancher la jugulaire d'un coup de poignet mal inspiré – tout ça pour ressembler au final à un vulgaire étudiant pré-pubère...




Si vous n'êtes toujours pas convaincu, vous pouvez bien sûr toujours choisir d'opter finalement pour la moustache.


Monsieur X








 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement